Zones Économiques Spéciales de la Région MSGBC : Stimuler la Croissance l’Investissement et le Commerce

investissements

Parmi les pays du MSGBC, le Sénégal et la Gambie ont mis en place des ZES pour attirer les investissements étrangers, et le succès de ces modèles est déjà visible.

Les ZES du Sénégal visent à créer de nouveaux pôles de croissance économique, rééquilibrer le commerce, offrir aux investisseurs des terrains aménagés, créer des possibilités d’emplois directs et indirects, attirer des investissements directs étrangers et soutenir la création de valeur nationale. Le pays compte désormais trois ZES : Diass, Diamniadio et Sandiara. Les deux premières zones sont principalement axées sur les textiles, l’alimentation et la production d’autres biens. Cependant, la plus récente, Sandiara, une municipalité de 100 hectares située à 105 km de la capitale Dakar, cherche à attirer des entreprises dans les secteurs de la fabrication, de la logistique et de l’énergie.

Dans une interview avec Energy Capital & Power (ECP) – l’organisateur de la prochaine conférence MSGBC Oil, Gas & Power -, Aliou Gning, premier adjoint au maire de la municipalité de Sandiara, a expliqué : “Nous avons commencé à construire une plateforme industrielle à Sandiara en 2014, et en 2017, lorsque la loi sur les ZES a été promulguée, nous avons changé le statut de la zone pour la rendre plus attrayante pour les investisseurs étrangers.”

Le président sénégalais Macky Sall a réitéré ces propos, affirmant que “les investisseurs choisissant la Zone Franche de Sandiara bénéficient d’une gamme de services d’établissement d’entreprise qui simplifient leurs processus d’enregistrement et de licence, en complément de l’offre globale de la zone industrielle.”

La ZES profite non seulement aux investisseurs, mais aussi au Sénégal. Sandiara, qui est encore en construction, compte déjà 15 entreprises et 350 employés permanents. Cependant, de nombreuses autres entreprises sont en train de se développer, et la municipalité estime que le projet emploiera à terme plus de 20 000 personnes. Parmi les conditions d’adhésion à la zone, il y a notamment le fait de réaliser 50% des revenus à partir des exportations ou de la substitution d’importations.

“Le Sénégal a une balance commerciale négative, et la mise en place des ZES est un bon moyen de stimuler les exportations et de réduire le déficit commercial”, a déclaré Gning, ajoutant : “Nous avons reçu un grand nombre de demandes, et nous avons l’intention de construire une centrale électrique ainsi qu’une raffinerie pour traiter le premier gaz et le premier pétrole.” Le Sénégal pourrait être l’un des premiers pays d’Afrique de l’Ouest à établir des ZES, mais d’autres suivent progressivement. La Gambie a commencé le développement de la ZES GIETAF en 2018, en partenariat avec TAF Africa Homes Global et le gouvernement gambien via l’Agence gambienne de promotion des investissements et des exportations. Le projet de 10 ans vise à être l’une des plus grandes ZES d’Afrique de l’Ouest, créant environ 50 000 emplois directs et indirects. Il s’agit du plus important investissement de l’histoire de la Gambie, d’un montant total de 300 millions de dollars. Le président Adama Barrow soutient pleinement cette initiative et a réaffirmé l’engagement du gouvernement à favoriser un environnement propice aux affaires pour attirer les investisseurs et soutenir la croissance nationale.

Pendant ce temps, la Mauritanie, qui développe sa propre zone industrielle au sud de Nouakchott pour soutenir l’expansion de son industrie énergétique, envisage également l’établissement d’une ZES. Selon Moustapha Bechir, Directeur Général des Hydrocarbures au Ministère du Pétrole, de l’Énergie et des Mines, qui a récemment discuté avec ECP, “le gouvernement mauritanien étudie plusieurs options pour inciter les investisseurs, et le modèle de ZES a le potentiel d’attirer des capitaux étrangers et de stimuler la croissance économique”.

Les ministres respectifs de l’énergie et du pétrole du Sénégal, de la Gambie et de la Mauritanie participeront à l’exposition et à la conférence MSGBC Oil, Gas & Power 2023 qui se tiendra à Nouakchott du 21 au 22 novembre. Ils discuteront de la mise en œuvre de politiques de gouvernance et d’outils économiques, y compris les ZES, qui visent à maximiser les avantages du premier gaz pour la région.

Share This Article

Other Reads

Onur Yilmaz

Onur Yilmaz

X
X