Principales Politiques de Gouvernance pour Stimuler la Croissance dans la Région MSGBC

MSGBC

Mise en place de zones économiques spéciales

Des zones économiques spéciales (ZES) ou des zones franches pourraient être établies entre les gouvernements de la région MSGBC et les opérateurs du secteur privé pour attirer les investissements étrangers, promouvoir la croissance économique et faciliter le transfert de technologie afin de maximiser les avantages du premier pétrole et du gaz. En Afrique de l’Ouest, il existe actuellement 29 zones franches réparties dans 11 pays, dont une au Sénégal et deux en Gambie, établies dans le but de favoriser les investissements.

Selon Moustapha Bechir, directeur général des hydrocarbures au ministère du Pétrole, de l’Énergie et des Mines de la Mauritanie, le pays envisage également de développer des ZES, avec une “équipe d’étude de faisabilité étudiant actuellement le potentiel d’une ZES en Mauritanie et nous devrions commencer à construire la plateforme vers 2025.” Lors d’une interview exclusive accordée à Energy Capital & Power, Bechir a ajouté que “le ministère examine différentes options pour inciter les investisseurs, et l’établissement d’une zone franche pourrait être un bon moyen de débloquer des capitaux et de créer des emplois locaux.”

Création d’un marché libre du commerce dans le secteur de l’énergie

Les récents enjeux géopolitiques et les sanctions commerciales associées imposées par les États-Unis et l’Europe à la Russie ont mis en évidence une opportunité pour les pays producteurs d’énergie de la région MSGBC de développer leur propre accord de libre-échange énergétique et enfin combler le déficit énergétique dans la région. Les pays de la région MSGBC pourraient s’inspirer d’autres accords de libre-échange tels que l’accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) et envisager la création d’une zone de libre-échange régionale spécialisée dans le secteur de l’énergie.

En éliminant les tarifs sur le pétrole brut, l’AEUMC joue un rôle essentiel dans le soutien et la croissance de l’intégration énergétique, de l’interdépendance et de la sécurité énergétique en Amérique du Nord. De manière similaire aux marchés énergétiques interconnectés en Amérique du Nord, les marchés de la région MSGBC présentent des liens étroits. Dans ce contexte, la création d’un marché régional de l’énergie pourrait renforcer l’efficacité opérationnelle.

Harmonisation des procédures de visa

En octobre 2022, des experts régionaux ont adopté l’ECOVISA au sein de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest afin de simplifier les procédures de visa et la circulation des personnes. De même, l’harmonisation des procédures de visa dans la région MSGBC pourrait favoriser la mobilité des professionnels qualifiés et des investisseurs au sein de la région. La libéralisation des visas Schengen en Europe a montré un potentiel de transformation énorme dans le commerce, l’investissement et le tourisme. Adopter une stratégie similaire pour simplifier les procédures et introduire des réglementations de visa similaires pourrait stimuler la collaboration transfrontalière, attirer les talents et contribuer à la croissance des secteurs de l’énergie et de l’exploitation minière dans le bassin MSGBC.

Fonds souverain commun pour les projets verts

Les fonds souverains africains – au nombre de 28 – ont géré collectivement une somme impressionnante de 300 milliards de dollars en 2020. On observe un regain d’intérêt des investisseurs pour l’investissement à impact, ce qui offre une avenue prometteuse pour mobiliser des capitaux privés et créer des résultats positifs sur le plan social et environnemental. Lors de l’interview avec ECP, Bechir a développé ce sujet en déclarant que “la Mauritanie souhaite passer de l’énergie grise à l’énergie bleue, puis à l’énergie verte d’ici 2030, et le pays compte sur la coopération régionale pour y parvenir. La Mauritanie a déjà établi un fonds souverain en 2006, le Fonds national des réserves d’hydrocarbures.” Ainsi, les pays de la MSGBC pourraient unir leurs forces et créer leur propre fonds souverain régional, ce qui aiderait à maximiser les revenus du premier gaz et à stimuler le financement de la transition énergétique.

Sous les auspices du Président mauritanien, Son Excellence Mohamed Ould Ghazouani, l’édition 2023 de la conférence sur le pétrole, le gaz et l’énergie de la MSGBC – prévue les 21 et 22 novembre à Nouakchott – réunira un panel ministériel pour explorer la coopération régionale et la gouvernance suite à la première production de pétrole et de gaz.

Les ministres de la région de la MSGBC se pencheront sur des stratégies concertées visant à favoriser l’élargissement des opportunités industrielles ainsi que la création de politiques efficaces destinées à éviter les dangers associés au phénomène de la “malédiction des ressources”.

Share This Article

Other Reads

Onur Yilmaz

Onur Yilmaz

X
X