#MSGBC2021: Souligner le potentiel du bassin du MSGBC

S.E. Sophie Gladima, ministre du pétrole et de l’énergie du Sénégal.

Trouvez la version anglaise ici

Le premier jour du MSGBC Oil, Gas & Power 2021, un panel ministériel de prestige a examiné comment le bassin peut maximiser ses ressources importantes, attirer les investissements internationaux et utiliser davantage la collaboration régionale pour accélérer la croissance du secteur énergétique.

Parmi les intervenants du panel prestigieux de l’événement figuraient S.E. Sophie Gladima, ministre du pétrole et de l’énergie du Sénégal ; l’honorable Dr Matthew Opoku Prempeh, ministre de l’énergie du Ghana ; S.E. Mohammad Sanusi Barkindo, secrétaire général de l’OPEP ; S.E. Lamin Camara, secrétaire permanent du ministère du pétrole et de l’énergie de Gambie ; S.E. Gabriel M. Obiang Lima, ministre des Mines, de l’Industrie et de l’Énergie, Guinée équatoriale ; S.E. Abdessalam Ould Mohamed Saleh, ministre du Pétrole, des Mines et de l’Énergie, Mauritanie ; S.E. Orlando Viegas, ministre des Ressources naturelles et de l’Énergie, Guinée-Bissau ; et Dr Omar Farouk Ibrahim, secrétaire général de l’Organisation des producteurs de pétrole africains (APPO).

Les récentes découvertes importantes faites dans le bassin du MSGBC pourraient avoir un impact significatif sur la région, notamment en ce qui concerne la croissance économique, l’amélioration de la situation sociale et le développement des infrastructures. Alors que la région commence à exploiter ses ressources pétrolières, gazières et renouvelables, le panel ministériel a examiné comment les pays peuvent capitaliser pleinement sur ces découvertes.

“Malgré le COVID-19, je peux dire que les perspectives sont très bonnes pour nos projets communs, qui sont au Sénégal et en Mauritanie. Les perspectives sont également bonnes pour tous les pays du Bassin. Le projet GTA avance bien, la plupart des problèmes qui nous tenaient à l’esprit ont été supprimés,” a déclaré S.E. Abdessalam Ould Mohamed Saleh, Ministre du Pétrole, des Mines et de l’Énergie, Mauritanie.

La région sert déjà d’exemple pour illustrer comment les pays africains peuvent utiliser la collaboration régionale pour stimuler la croissance du secteur énergétique. Au cours de la table ronde, les intervenants ont exploré les facteurs politiques, économiques, sociaux et commerciaux qui stimulent ou freinent actuellement les investissements. En outre, les intervenants ont étudié les changements ou les ajustements réglementaires susceptibles d’encourager les investissements, en garantissant un environnement compétitif et fiscalement attrayant pour les investisseurs régionaux et internationaux.

“Nous ne sommes pas un pays producteur, nous explorons toujours, mais nous avons de l’espoir puisque nous faisons partie d’un bassin commun que nous trouverons des ressources. En avril prochain, nous prévoyons de forer un premier puits, avec les connaissances que nous avons de la Gambie et du Sénégal et nous espérons donc trouver ces ressources. Le développement de ces ressources aura un impact profond sur notre pays car il nous donnera accès à une électricité moins chère et à des opportunités de développement. Cela a été une période difficile au cours des deux dernières années, mais nous espérons que nous trouverons le succès dans les années à venir,” a déclaré S.E. Orlando Viegas, Ministre des Ressources Naturelles et de l’Énergie de la Guinée-Bissau.

Le secteur du pétrole et du gaz reste un moteur économique important dans la région du MSGBC. La transition énergétique mondiale exigeant la mise en œuvre de mesures visant à réduire les émissions de carbone, le panel a discuté de la manière dont le secteur et ses parties prenantes sont prêts à faire face aux pressions exercées par les politiques, les investisseurs et la société pour passer à un système énergétique à faible émission de carbone, tout en répondant à la demande mondiale de pétrole et de gaz.

“Nous avons besoin de ressources pour développer nos pays et verdir nos économies et utiliser ces ressources pour aider à la transition énergétique. Nous avons besoin d’un équilibre; on ne peut pas échapper aux hydrocarbures. Nous explorons et continuerons à explorer mais sommes conscients de notre environnement,” a noté S.E. Lamin Camara, secrétaire permanent du ministère du Pétrole et de l’Énergie de la Gambie.

“La nécessité est la mère de l’invention,” a ajouté Dr Omar Farouk Ibrahim, secrétaire général de l’Organisation des producteurs de pétrole africains, déclarant que “nous savons que dans la région MSGBC, il existe encore de grandes entreprises qui prennent des engagements, mais l’important ce qu’il faut noter, c’est que pendant trop longtemps, l’Afrique s’est tournée vers l’extérieur pour obtenir du soutien pour faire ce qu’elle doit faire en termes de technologie, de financement et d’expertise humaine. Il doit y avoir une convergence entre les gouvernements et le secteur privé en Afrique où une décision devrait être prise que c’est exactement là où nous allons.”

En dépit du rôle que jouent le pétrole et le gaz dans la région, le potentiel important des énergies renouvelables sur les marchés régionaux, associé à la pression mondiale en faveur du développement des énergies propres, se traduit par une augmentation des investissements dans le domaine des énergies renouvelables.

“Je peux dire que les résultats sont disponibles et c’est pourquoi nous pouvons rassembler nos scientifiques pour trouver des technologies plus propres. Alors que nous devons être capables de nous adapter et de réduire les émissions de gaz à effet de serre, l’injustice climatique à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui nous fait croire que nous devons tout mettre en œuvre pour nous tourner vers la justice sociale, sinon, nous courrons le risque de déstabiliser le monde,” S.E. Sophie Gladima, Ministre du Pétrole et de l’Énergie du Sénégal, a déclaré, ajoutant: “Le monde doit travailler main dans la main pour croître, se développer et être stable.”

Share This Article

Share on twitter
Share on facebook
Share on linkedin
Share on reddit
Share on whatsapp
Share on email

Other Reads

Energy Capital & Power

Energy Capital & Power

Energy Capital & Power is the African continent’s leading investment platform for the energy sector. Through a series of events, online content and investment reports, we unite the entire energy value chain – from oil and gas exploration to renewable power – and facilitate global and intra-African investment and collaboration.

Subscribe below to stay in touch about the latest news and event updates

X
X