L’industrie pétrolière et gazière du Gabon : Explorer les opportunités dans les champs matures

Gabon

Mais une combinaison de changements réglementaires, de réalités du marché mondial et d’un regain d’intérêt de la part des investisseurs promet d’inverser cette tendance et de redonner au Gabon la prospérité qu’il a connue pour la dernière fois dans les années 1980.

En 2019, le gouvernement gabonais avait fixé un objectif ambitieux de 220 000 bpj de production de pétrole brut pour 2023. Bien que cet objectif n’ait pas été atteint, la production en avril s’élevait à 200 000 bpj, contre 180 000 en 2020. Les 20 000 bpj de production nécessaires pour combler l’écart restant sont en vue, en grande partie grâce à 18 puits d’exploration et d’évaluation forés en 2022 et 2023, et aux investissements supplémentaires d’une poignée de grandes sociétés internationales cherchant à profiter de la hausse des prix mondiaux. Compte tenu des antécédents du Gabon, il n’est pas surprenant que la plupart des efforts en amont du pays se concentrent sur le redéveloppement de champs pétroliers matures ou marginaux. La priorité accordée aux développements à court terme permet de générer des flux de trésorerie à moindre coût en utilisant les découvertes et les infrastructures existantes, ce qui peut permettre de lancer la production en quelques années.

Cette mission est menée par Perenco et BW Energy, qui ont toutes deux une grande expérience des projets brownfield, en particulier en mer. BW Energy, incarnation locale de la société norvégienne BW Offshore, est en train de forer huit puits horizontaux dans le champ d’Hibiscus/Ruche, qui fait partie de son bloc offshore de Dassafu. Chacun d’entre eux devrait produire 5 000 bpj, soit un total de 30 000 bpj d’ici la fin de 2023, et 40 000 peu après. Cet actif et sa plateforme de forage MaBoMo sont situés à 20 km du champ Tortue, également exploité par BW, et les deux champs sont reliés au FPSO Adolo de la société par un pipeline sous-marin. La hausse des prix du pétrole résultant de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et la réduction de la production décidée par l’Arabie saoudite et prescrite par l’OPEP le 2 avril ont incité BW à accélérer la campagne de forage en combinant ce qui devait être deux phases distinctes du projet afin de mettre plus de pétrole sur le marché le plus rapidement possible.

Après 30 ans de service en première ligne au Gabon, Perenco produit quelque 100 000 bpj à partir de ses champs onshore et offshore, dont la plupart sont matures, en appliquant les technologies EOR qui sont sa marque de fabrique. Lors de l’effondrement des prix en 2014-2015, la société a pris le contre-pied de la tendance en lançant une campagne de forage de 40 puits, accompagnée de 200 km de pipelines, d’installations de traitement et du FSO Mayumba pour rassembler la production de ses divers intérêts offshore. Ces investissements ont porté leurs fruits en 2023, année où Perenco a obtenu une décision finale d’investissement pour l’installation de gaz naturel liquéfié du Cap de Lopez, d’une valeur de 1 milliard de dollars, ainsi qu’un protocole d’accord signé avec Gabon Power Company pour la construction d’une centrale électrique au gaz dans le sud du pays, qui témoignent tous deux du succès des capacités de Perenco en amont et dans l’exploitation du gaz associé.

Pour contrebalancer ces efforts, le redéveloppement des champs matures est complété par un regain d’enthousiasme pour l’exploration. Le Gabon dispose d’un nombre limité de prospects forables qui sont suffisamment proches des installations et des infrastructures existantes pour que des raccordements soient possibles. La probabilité de découvrir de nouvelles réserves importantes dans des bassins matures est faible, comme en témoigne le fait que la plupart des découvertes récentes de pétrole africain à fort impact, comme le champ Orca-1 de Mauritanie (1,3 milliard de barils équivalent pétrole), ont été faites dans le cadre de nouveaux développements.  Une grande partie des zones offshore du Gabon restent inexplorées, promettant de grands bonds de production dans les années à venir, et l’on pense que la zone du bassin nord du pays pourrait contenir des réserves pré-salifères qui changeraient la donne. Le nouveau Code des hydrocarbures du Gabon, introduit en 2019, espère explorer ce potentiel en offrant aux entreprises internationales de meilleurs retours sur leurs investissements E&P et le gouvernement galvanise les efforts pour intensifier les études sismiques afin de fournir aux investisseurs potentiels les données dont ils ont besoin.

Bien qu’il soit logique de se concentrer sur les redéveloppements à court terme compte tenu des nombreux champs matures du Gabon et de la flambée actuelle des prix de l’énergie, il est important que cela ne se fasse pas au détriment de l’exploration. En se concentrant sur une production régulière, les producteurs locaux peuvent appliquer une stratégie à long terme à leur présence au Gabon, mais le secteur énergétique local a également besoin de nouvelles découvertes, et les bassins peu profonds et profonds inexplorés du pays méritent plus d’attention qu’ils n’en reçoivent actuellement.

Share This Article

Other Reads

Onur Yilmaz

Onur Yilmaz

X
X