Le MSGBC Oil, Gas & Power donne le coup d’envoi avec des discours d’ouverture consécutifs.

oil. gas. power.

Sur la lancée du discours d’ouverture de NJ Ayuk, les participants au MSGBC 2022 ont été accueillis par Gordon Birrell, vice-président exécutif de la production et des opérations de bp, qui a souligné que la richesse en gaz de la région du MSGBC est encore plus importante aujourd’hui que lorsque les ressources ont été découvertes il y a cinq ans.

“Nous n’avons pas seulement besoin d’une énergie à faible teneur en carbone ; nous avons besoin d’une énergie sûre et abordable… Là où bp opère, nous construisons un héritage économique et social – en travaillant avec 350 entreprises locales, en créant plus de 3000 emplois locaux, en nous attaquant au puzzle d’ingénierie extrêmement complexe auquel le monde est confronté en matière d’énergie à la lumière des récents événements mondiaux.”

Passant d’une grande entreprise dominante du secteur de l’énergie du MSGBC à une autre, Gordon Birrell, de bp, a cédé la place à Shiva McMahon, vice-présidente exécutive des opérations internationales de Woodside Energy, dans un discours d’ouverture perspicace, perpétuant les messages d’espoir des discours d’ouverture de la matinée.

“Nous nous trouvons à un carrefour unique défini par les obstacles que nous avons surmontés, où de nombreux pays se tournent vers l’Afrique pour trouver une réponse à leur demande énergétique… Nous avons besoin d’une énergie lucrative, résiliente, diversifiée pour prospérer dans une industrie compétitive en pleine évolution, et soutenue par le gouvernement sénégalais, c’est précisément la nature des développements de Woodside dans trois piliers : le gaz, le pétrole et les nouvelles énergies, répondant à 5 % de la demande mondiale de GNL et exploitant Sangomar- le premier développement pétrolier offshore du pays, dont la production initiale devrait atteindre 100 000 b/j l’année prochaine”, a-t-elle déclaré..

Le discours de Shiva McMahon, vice-présidente exécutive de Woodside, a été suivi par celui de Milton Catelin, secrétaire général de l’Union internationale du gaz.

“L’accès à une énergie abordable, fiable et sûre est un droit humain. Mais choisir le bon mix énergétique en termes d’impact humain est une responsabilité humaine. L’équilibre entre ce droit et cette responsabilité est au cœur des discussions modernes sur l’énergie… Le gaz est le moyen le plus rapidement disponible, flexible, efficace et durable à long terme pour remettre le monde sur la voie de la transition énergétique… 319 trillions de pieds cubes de gaz attendent d’être découverts en Afrique subsaharienne, ce qui offre une réelle opportunité au continent de prendre le contrôle de son avenir énergétique”, a-t-elle noté.

Succédant à Milton Catelin, S.E. Tom Alweendo, ministre namibien des mines et de l’énergie, a ensuite pris la parole. La Namibie, qui a connu son propre essor dans le domaine des hydrocarbures avec la découverte de 11 milliards de barils de pétrole offshore en 2011, est un exemple d’avenir radieux pour le secteur africain des hydrocarbures, avec deux découvertes majeures cette année – les 300 millions de barils de Shell à Graff-1, suivis de près par les 3 milliards de barils de TotalEnergies à Venus-1 le mois suivant.

“L’énergie est un catalyseur essentiel du développement ; nous appelons donc à une transition énergétique qui soit juste et équitable entre les nations. Afin de récolter les bénéfices sociaux et économiques pour nos citoyens, nous devons faire preuve de fermeté.  Nous devons déterminer notre propre calendrier de transition énergétique en fonction de nos priorités, en accordant l’accès à l’énergie aux 600 millions d’Africains.”

Dans le prolongement du discours de S.E. Tom Alweendo, ministre namibien des mines et de l’énergie, S.E. Dr Omar Farouk Ibrahim a gratifié les centaines de délégués rassemblés de ses réflexions depuis la scène de la salle ovale.

” Le pétrole et le gaz constituent un pilier majeur de la sécurité énergétique africaine…. Nous avons utilisé les combustibles fossiles pendant plus de 100 ans pour transformer nos sociétés, et nous ne pouvons et ne devons donc pas abandonner les hydrocarbures sur le continent… Alors que les institutions financières occidentales annoncent des désinvestissements, nous, à l’APPO, travaillons à la création d’une Banque africaine de l’énergie pour prendre le relais, pour instituer des centres de recherche, d’innovation et de développement pétroliers et gaziers de classe mondiale à travers l’Afrique et réaliser le plein potentiel des 125 milliards de barils de pétrole de l’Afrique, en prenant des mesures pratiques pour prévenir les défis de notre industrie.”

S.E. Macky Sall, président de la République du Sénégal et président de l’Union africaine, a clôturé la session en soulignant la nécessité pour les Africains d’être unis et l’importance de créer des partenariats solides sur le continent et dans le monde. “L’Afrique ne peut pas être un objet de la géopolitique mondiale, elle doit être un acteur conscient, un concurrent et un collaborateur avec des partenariats gagnant-gagnant qui font avancer le secteur. Nous avons besoin de développement des capacités, nous avons besoin de capitaux, mais nous avons surtout besoin que les gens travaillent ensemble.”

“Lors de la COP26, une décision unilatérale a été prise de geler les financements extérieurs pour les hydrocarbures. C’est un coup fatal pour l’Afrique… Mais je suis heureux d’annoncer que cela ne nous a pas empêchés de progresser… Je suis heureux de voir de jeunes Africains s’avancer pour prendre le relais et je salue la possibilité de l’effet transformationnel que cette industrie pourrait avoir sur nos nations MSGBC… Nous devons célébrer… et nous devons suivre notre propre récit africain à la COP27.”

Share This Article

Share on twitter
Share on facebook
Share on linkedin
Share on reddit
Share on whatsapp
Share on email

Other Reads

Onur Yilmaz

Onur Yilmaz

Subscribe below to stay in touch about the latest news and event updates

X
X