Développement du potentiel gazier de la Mauritanie

Trouvez la version anglaise ici

Depuis la découverte d’un important gisement de gaz naturel au large de la Mauritanie en 2015 par la société d’exploration et de production en eaux profondes, Kosmos, l’intérêt pour la région a explosé, entraînant le développement du champ de gaz naturel de Tortue. En décembre 2016, le géant multinational britannique du pétrole et du gaz, BP, s’est associé à Kosmos Energy, en concluant un accord, et en acquérant une participation directe de 62%, y compris l’exploitation des blocs offshore C-6, C-8, C-12 et C-13 de la Mauritanie.

La production du premier gaz étant prévue pour la première moitié de 2023, avec un potentiel de production de 30 à 50 ans, le projet devrait constituer une source de revenus importante pour le pays d’Afrique occidentale et démontre l’engagement de BP à investir dans le développement des ressources de la Mauritanie de manière transparente, éthique et durable.

Le champ de gaz naturel liquéfié (GNL) de Tortue, au large de la Mauritanie, s’inscrit dans le cadre du développement innovant et transfrontalier du projet Greater Tortue Ahemyim (GTA), situé à la frontière maritime entre la Mauritanie et le Sénégal. À une profondeur de 2 850 m, le projet GTA contient une quantité de gaz naturel estimée à 15 trillions de pieds cubes (tfc) et fait partie d’une zone d’environ 33 000 km, couverte par les accords entre BP et Kosmos, qui contiendrait entre 50 et 100 tfc de gaz.

Décision d’investissement finale de la phase 1

En décembre 2018, BP et ses partenaires dans le projet, Kosmos Energy (28 %), et les sociétés pétrolières nationales, Petrosen (5 %) du Sénégal, et la Société Mauritanienne Des Hydrocarbures et de Patrimoine Minier (5 %) de Mauritanie, ont annoncé la décision finale d’investissement (FID) pour la phase 1 du développement de la GTA, d’une valeur de 4,8 milliards de dollars. Il s’agit du premier grand projet gazier à obtenir le statut FID dans l’ensemble des sous-bassins situés le long du littoral des pays d’Afrique occidentale : la Mauritanie, le Sénégal, la Gambie, la Guinée-Bissau et la Guinée-Conakry (MSBGC). Il devrait fournir du GNL pour l’exportation mondiale et l’utilisation domestique dans la région.

Le consortium s’est fixé pour objectif de réaliser 80 % de la première phase du projet d’ici à la fin de 2021. BP s’est assuré l’utilisation du navire méthanier Gimmi de Golar LNG dans le cadre d’un contrat de 20 ans, la livraison étant prévue pour 2023. Située sur une plate-forme littorale à la frontière maritime entre la Mauritanie et le Sénégal, l’installation FLNG sera conçue pour produire environ 2,5 millions de tonnes de GNL par an d’ici 2025. Le gaz sera transféré à partir d’un système sous-marin en eaux très profondes et d’un navire flottant de production, de stockage et de déchargement (FPSO) en eaux peu profondes.

Cette année, BP a lancé la phase de construction d’un terminal GNL de 1 km de long, à 10 km de la côte, qui traitera le gaz situé à 2 850 m sous le fond océanique, à 125 km au large. Ce gaz sera extrait de puits forés et transporté par des conduites vers le système de production modulaire FLNG, où il sera prêt à être exporté vers l’Europe et d’autres marchés internationaux, ainsi qu’à être utilisé dans les pays de la région MSGBC.

Le premier gaz du projet étant prévu pour 2023, BP et Kosmos Energy ont indiqué que tous les grands chantiers – le FPSO, le navire FLNG, le terminal central et l’infrastructure sous-marine – sont sur la bonne voie, après un an de retard dû aux conséquences de la pandémie de Covid-19.

Développement local

Grâce à ses investissements et au développement de projets dans la région, BP a démontré son engagement à participer au développement des compétences de la population locale de Mauritanie. Des initiatives de formation et des programmes éducatifs à long terme sont en cours de développement entre la compagnie pétrolière multinationale et les parties prenantes gouvernementales et non gouvernementales.

En 2017, BP a lancé le programme de bourses d’excellence en Mauritanie, qui aide les étudiants à participer à un cours d’ingénierie de quatre ans dans l’établissement d’apprentissage spécialisé très estimé des Grandes Écoles en France, au Maroc et en Tunisie.

BP est également un membre fondateur de l’Initiative pour la transparence des industries extractives, une norme mondiale pour la bonne gouvernance des ressources pétrolières, gazières et minérales, qui favorise le bénéfice inclusif des ressources naturelles pour tous les citoyens au sein des pays producteurs de pétrole. En mai 2018, BP a organisé et accueilli l’atelier “Oil & Gas Governance – Learning from the Past” dans la capitale mauritanienne, Nouakchott, en partenariat avec le Oxford Center for the Analysis of Resource Rich Economies, afin de soutenir et de promouvoir la transparence dans le secteur énergétique du pays.

Le projet GTA est l’un des projets GNL les plus ambitieux jamais entrepris sur le continent. Il facilitera le développement des compétences des ingénieurs, techniciens, logisticiens, travailleurs de l’hôtellerie et professionnels locaux dans les secteurs du transport, de la gestion des déchets, de l’assainissement et de l’administration. Il offrira des possibilités d’emploi local et contribuera de manière significative au développement de l’économie mauritanienne.

Outre le développement des compétences, BP a indiqué qu’elle faciliterait l’élaboration d’un plan d’action en faveur de la biodiversité, qui fera l’objet d’un examen approfondi par des scientifiques. Certains suggèrent que les plans d’extraction de la société pourraient contribuer à la reconstitution de larges sections de récifs coralliens dans le bassin du MSGBC.

Projections futures

Selon BP, la demande d’énergie devrait augmenter d’environ 30 % entre 2015 et 2030, et sera satisfaite par l’offre croissante de gaz naturel et le développement des énergies renouvelables.

Appelée à devenir une plate-forme GNL de classe mondiale, la Mauritanie possède désormais l’une des plus grandes réserves prouvées de gaz naturel par habitant en Afrique. Au cours des prochaines décennies, le gouvernement mauritanien, un pays dont le PIB s’élève à 7,6 milliards de dollars, a fait part de son souhait de générer 19 milliards de dollars de recettes publiques supplémentaires grâce au projet GTA.

Ce projet sous-marin, le plus profond jamais entrepris par BP, s’étend sur une superficie de 33 000 km2 et présente un potentiel de production de 30 à 50 ans. BP a indiqué que le champ GTA deviendra l’un des projets d’expansion de GNL – lorsqu’une entreprise achète ou loue des installations existantes – les plus compétitifs au monde.

En réponse à la demande croissante en énergie renouvelable et à l’intérêt des parties prenantes d’investir, de développer et de réussir dans le contexte africain, Energy Capital & Power organisera la Conférence MSGBC Oil, Gas & Power 2021 qui se déroulera du 13 au 14 décembre 2021. Axée sur le renforcement des partenariats régionaux, la stimulation des investissements et le développement dans les secteurs du pétrole, du gaz et de l’électricité, la Conférence réunira acteurs privés et investisseurs internationaux, désireux de s’informer et se positionner quant aux opportunités énergétiques en Afrique.

Share This Article

Share on twitter
Share on facebook
Share on linkedin
Share on reddit
Share on whatsapp
Share on email

Other Reads

Matthew Goosen

Matthew Goosen

Matthew Goosen is a Video Editor and Content Writer at Energy Capital & Power. He holds an Honours Degree in Film and Media Studies at the University of Cape Town and is currently undergoing his Masters Degree. Born in Pretoria and raised internationally, he has been living in Cape Town since 2013.

Subscribe below to stay in touch about the latest news and event updates

X
X