BW Energy Mène la Relance de L’amont au Gabon Avec le Forage du Puits D’Hibiscus

La société espère que le premier pétrole sera extrait du puits dans le courant du mois, ce qui pourrait représenter un tournant pour l’industrie pétrolière gabonaise.

Les gisements gabonais arrivant à maturité et les investissements dans de nouvelles explorations étant insuffisants, la nouvelle n’aurait pu tomber à un meilleur moment, coïncidant avec la volonté du gouvernement d’augmenter la production et l’annonce par l’OPEP de réductions de la production sous l’égide de l’Arabie saoudite. Il est prévu que les six puits horizontaux que BW Energy a l’intention de forer dans la première phase du projet – quatre dans le champ Hibiscus et deux autres dans le champ Ruche 1 voisin – produiront environ 30 000 barils par jour, sur une réserve estimée à 70,2 millions de barils.

Après avoir atteint son pic de production pétrolière en 1996, le Gabon a vu sa production diminuer régulièrement, aucun nouveau contrat d’exploration n’ayant été signé entre 2014 et 2019, ce qui a eu un impact négatif sur les recettes du gouvernement, dont 80 % proviennent traditionnellement des exportations de pétrole. C’est pourquoi beaucoup d’espoirs ont été placés dans le développement d’actifs offshore complexes, mais à fort potentiel, comme les six champs de la licence Dussafu de BW Energy.

BW Energy, filiale du groupe norvégien BW, a acheté une participation de 66,67% dans l’actif Dussafu en 2017, augmentant ensuite cette part à 73,5% qu’elle détient aujourd’hui, aux côtés de Panoro Energy (17,5%) et de la société locale CPN Gabon Oil Company (9%). La licence occupe 850 km2 avec une profondeur d’eau moyenne de 116 mètres.

Les champs d’Hibiscus et de Ruche sont situés à seulement 20 km du champ exploité par BW Energy depuis de nombreuses années, le champ de Tortue, dont BW Energy est également l’actionnaire majoritaire. La production des trois champs sera collectée et traitée sur le navire FPSO (Floating Production Storage and Offloading) BW Adolo, avant d’être exportée principalement vers la Chine et la France.

La plate-forme MaBoMo de BW a été fournie par Lamprell (Émirats arabes unis) et est arrivée au Gabon en septembre dernier pour y être installée et raccordée. Après des mois de préparation, BW Energy a foré jusqu’à une profondeur de 3 883 mètres pour atteindre le réservoir prometteur de grès de Gamba du champ Hibiscus. Trois autres conducteurs ont été prévus pour les puits suivants, les colonnes montantes et l’infrastructure des pipelines nécessaires étant déjà en place. Notamment, lorsque la première production atteindra le FPSO, un nouveau compresseur de gaz sera installé. Fait encourageant, BW Energy a annoncé que les dépenses d’investissement pour la phase 1 du développement d’Hibiscus-Ruche sont actuellement estimées à environ 440 millions de dollars, ce qui est nettement inférieur à l’estimation initiale de la société, qui était de 490 millions de dollars.

Les plans de développement des champs de Dussafu relèvent d’une ambition plus large qui espère voir les producteurs en déclin revitaliser le secteur en amont du Gabon, en vue d’assurer la sécurité énergétique régionale et de compenser la volatilité actuelle du marché. Si le pétrole est un élément important de ce plan, il en va de même pour le développement des infrastructures qui permettront la production et l’exportation de gaz naturel.

Le gaz gabonais a longtemps été négligé au profit du brut facilement accessible qui a fait du Gabon le pays stable et tourné vers l’avenir qu’il est aujourd’hui. Cependant, un nouvel élan pour extraire, traiter et exporter le gaz naturel des nombreux gisements potentiels du Gabon coïncide avec les projets régionaux de construction de gazoducs transfrontaliers reliés à des installations d’exportation qui pourraient permettre à des pays comme le Gabon de devenir pour la première fois d’importants exportateurs de gaz.

Share This Article

Other Reads

Onur Yilmaz

Onur Yilmaz

X
X